.t_bc,.ecxt_bc{background-color:#0072C6;}.t_bci,.ecxt_bci{background-color:#0072C6 !important;}.t_blc,.ecxt_blc{background-color:#CCE3F4;}.t_blci,.ecxt_blci,.t_mlli .t_sel,.t_mlli .t_sel .t_s_hovh{background-color:#CCE3F4 !important;}.t_brc,.ecxt_brc{border-color:#0072C6;}.t_brci,.ecxt_brci{border-color:#0072C6 !important;}.t_brlc,.ecxt_brlc{border-color:#CCE3F4;}.t_brlci,.ecxt_brlci{border-color:#CCE3F4 !important;}.t_tc{color:#0072C6;}.t_tci{color:#0072C6 !important;}.t_mbgc .t_sel,.t_mbgc .t_sel:hover,.t_sel{background-color:#0072C6;}.t_sela{background-color:#0072C6;}.t_seli{background-color:#0072C6 !important;}.t_sel:hover .t_selh,.t_seli:hover .t_selh,.t_mbgc .t_sel:hover .t_selh,.t_mbgc .t_seli:hover .t_selh{background-color:#0072C6;}.t_hov{background-color:#F3F3F3;}.t_hovl a:hover{background-color:#F3F3F3;}.t_hovl a.sel{background-color:#0072C6;}.t_hovlt a:hover .t_hovlt{background-color:#F3F3F3;}.t_hbg:hover{background-color:#F3F3F3;}.t_hdt,.t_hdt a,.t_hdt a:visited,.t_hdt a:hover,.t_hdt a:link{color:#FFFFFF;}.t_hdst,.t_hdt .c_hp li .link{color:#FFFFFF;}.t_hp{border-left:1px solid #FFFFFF;border-right:1px solid #FFFFFF;}.t_hdbg{background-color:#0072C6;}.t_hdbg .c_m{border-color:#0072C6;}.t_hdbg .c_m .t_seli,.t_hdbg .c_m li.c_mf > a{background:#0072C6 !important;color:#FFFFFF;}.t_c_c.c_clt a:hover,.t_c_c.c_clt a:focus,.t_c_c a#c_clogoc:hover,.t_c_c a#c_clogoc:focus,.t_c_c a:hover.c_mehover,.t_c_c a:focus.c_mehover{background:#005EA3;color:#FFFFFF;}.t_c_c li.c_sm:hover,.t_c_c li.c_sm:focus,.t_c_c.c_clt h1:hover,.t_c_c.c_clt h1:focus,.t_c_c.c_clt h1.c_clh{background:#006BBA;}.t_c_c a.c_cf,.t_c_c a.c_mf,.t_c_c li.c_mf > a,.t_c_c a.c_mehover.c_cf,.t_c_c a.c_mehover.c_mf,.t_c_c span.c_mf a.c_mehover{background:#005797;}.t_hdbg{background-color:#0072C6;}a,.t_lnk a,.t_lnk a:link,.t_elnk{color:#0072C6;}.t_lnki,.t_lnki a{color:#0072C6 !important;}a:visited,.t_lnk a:visited{color:#0072C6;}a:hover,.t_lnk a:hover{color:#0072C6;color:rgba(00,114,198,.8);}a:focus,.t_prs{color:#0072C6;}.t_lnkpi a{color:#000 !important;}.t_lnkpi a:hover{color:#000 !important;color:rgba(0,0,0,.8) !important;}.t_lnkpi a:focus,.t_lnkpi .t_prs{color:#000;color:rgba(0,0,0,.6);}.t_lnksi a{color:#666 !important;}.t_lnksi a:hover{color:#666 !important;color:rgba(102,102,102,.8) !important;}.t_lnksi a:focus,.t_lnksi .t_prs{color:#666!important;color:rgba(102,102,102,.6)!important;}::selection{background-color:#0072C6;color:#fff;}::-moz-selection{background-color:#0072C6;color:#fff;}:root input[type=button].default,:root input[type=submit].default,:root button.default{background-color:#0072C6;color:#FFFFFF;}:root input[type=button]:hover.default,:root input[type=submit]:hover.default,:root button:hover.default{background-color:#3D94D4;}.t_cbpr{border-top-color:#0072C6 !important;}.t_cbps{border-top-color:#d4d4d4 !important;}.t_cbr{background-color:#0072C6 !important;}.t_cbs{background-color:#d4d4d4 !important;}.t_rc{color:#0072C6 !important;}.t_body .t_sbgc{background-color:#F3F3F3;}.t_mbgc,#c_h_theme_m{background-color:#FFFFFF;}.t_m_bor{border-color:#FFFFFF;}.t_fbgc#uxp_ftr_control{background-color:#FFFFFF;border-top:1px solid #CCC;}.Unread .t_urtc,.t_urtc .mlUnrd .Fm a,.t_urtc .Unread,.t_srbgc input.t_urtc,.t_atc:hover,.t_atc:visited,.t_atc:focus,.t_srbgc a.t_urtc,#search_filter.t_urtc,#search_filter.t_urtc:focus,.t_atc{color:#000;}.t_qtc,.t_qtc:hover,.t_qtc:visited,.mlRd .t_estc{color:#444;}.t_qtci{color:#444 !important;}.mlUnsel .t_cag.nc:hover{color:#444;}.mlUnsel .t_cag.nc{color:#C7C7C7;}.t_sbgc .adBar,.t_sbgc .adBar.blankState,.t_sbgc .adBar div.module,.t_sbgc .flex-box{background-color:#F3F3F3;border-bottom-color:#FFFFFF;}.t_sbgc .adBar div.module .content,.t_sbgc .module .source,.t_sbgc .flex-box .more{color:#444;}.t_sbgc .t_sel{background-color:#D4D4D4;}.t_sbgc .t_s_hov:hover,.t_s_hov:hover,.t_s_hov:hover .t_s_hovh,.t_s_sel,.t_s_h{background-color:#E7E7E7;}ul.c_m{background-color:#FFFFFF;}ul.c_m a,ul.c_m a:visited{color:#000;}ul.c_m a:hover,ul.c_m a:focus,.c_c ul.c_m a:hover{background-color:#E7E7E7;color:#000;}.t_sbgc div.t_srbgc,.t_sbgc div.t_srbgc input,.t_sbgc input.t_srbgc{background-color:#FFFFFF;}.t_mbgc input.t_subj{background-color:rgba(255, 255, 255, .8);color:#212121;}.t_sbgc div.t_sr_bordc,input.t_sr_bordc,.t_sr_bordc#search_filter{border-color:#BABABA;}.t_cpv2 .t_cp_hov{background-color:rgba(0,0,0,.12);}.t_amtc{color:#000;}::-webkit-scrollbar{background-color:#F0F0F0;}::-webkit-scrollbar-thumb{background-color:#CDCDCD;border:1px solid #F0F0F0;}::-webkit-scrollbar-button{background-color:#F0F0F0;}::-webkit-scrollbar-button:disabled{background-color:#F0F0F0;}input.WatermarkedInput:-moz-placeholder,input.WatermarkedInput::-webkit-input-placeholder,input.WatermarkedInput:-ms-input-placeholder{color:#666666;}.c_cc li:hover,.t_hdbg .c_cc li a:hover,.c_cc .c_mcp:hover,.t_hdbg .c_clogo a:hover,.t_hdbg .c_clogo a#c_clogoc:hover{background-color:rgba(0,0,0,.12);}.c_hb .c_c.t_hdbg .c_cc .c_mf li a:hover{background-color:#F3F3F3;}.c_hb .c_c.t_hdbg .c_cc .c_mf li{background-color:#ffffff;}.c_clt .c_clogo h1:hover,.c_c li.c_sm:hover,.c_c li.c_sm:focus{background-color:rgba(0,0,0,.06);} body{display:none;} body{display:block !important;}Outlook.com – pmulaj@hotmail.com A{text-decoration:none;}.Snippet, .ExternalClass{font-size:15px;font-family:Calibri,sans-serif;}B, STRONG, .BoldText{font-weight: bold;}I, EM, .TextItalic{font-style: italic;} .ExcoOpen,.ExcoClosed,.ExcoOpenNormal,.ExcoClosedNormal,.ExcoOpenSmall,.ExcoClosedSmall,.g_close,.g_sort_asc,.g_sort_desc,.i_pn_f,.i_pn_f_d,.i_pn_l,.i_pn_l_d,.i_pn_n,.i_pn_n_d,.i_pn_p,.i_pn_p_d,.i_att_s,.i_imp_hi_s,.i_imp_lo_s,.mr_m_r,.i_ts,.i_refresh,.i_c_f,.i_c_r,.HideH .FBA,.HMLV .Collapsed IMG,.ShowH .FBA,.HMLV .Expanded IMG,.g_hmlv_o,.g_hmlv_c,.i_rm_n,.i_rm_n_d,.i_rm_p,.i_rm_p_d,.i_r_fv,.i_cancel,.mr_tb_a,.mr_tb_c,.mr_tb_t,.g_check,.g_bul,.pinTrayCBImg,.mr_tb_d,.i_voicemail,.i_voicemail_s,.i_calllog,.i_comp_a,.i_comp_s,.i_comp_f,.i_comp_m{background-image:url(//a.gfx.ms/strip_metro7.png);background-color:transparent;background-repeat:no-repeat;background-attachment:scroll;overflow:hidden}.ia_i_c0_0,.ia_i_c0_1,.ia_i_c1_0,.ia_i_c1_1,.ia_i_c2_0,.ia_i_c2_1,.ia_i_c3_0,.ia_i_c3_1,.ia_i_c4_0,.ia_i_c4_1,.ia_i_d,.ia_i_a,.ia_i_j_0,.ia_i_j_1,.ia_i_r_0,.ia_i_r_1,.ia_i_s0,.ia_i_s1,.ia_i_v0,.ia_i_v1,.ia_i_v2,.ia_i_v3,.ia_i_v4,.ia_i_p_0,.ia_i_p_1{background-image:url(//a.gfx.ms/strip_metro7.png);background-repeat:no-repeat;background-attachment:scroll;overflow:hidden;width:16px;height:16px;}.i_clear{background-image:url(./clear.gif);}.i_refreshing{background-image:url(//a.gfx.ms/Refresh_animation_16-1.gif)} #Curtain{ background-color:white; display:table; } #CurtainTableCell{ display:table-cell; } #CurtainSpinner{ position:absolute; left:50%; margin-left:-20px; top:50%; margin-top:-20px; display:none; } #CurtainText{ position:absolute; left:40%; width:20%; text-align:center; font-family:Segoe UI; top:50%; margin-top:40px; display:none; } @-ms-keyframes FadeIn{from{opacity:0;}to{opacity:1;}}@-ms-keyframes FadeOut{from{opacity:1;}to{opacity:0;}}@-ms-keyframes ScaleIn{from{-ms-transform:scale(0.85);}to{-ms-transform:none;}}@-ms-keyframes ScaleOut{from{-ms-transform:none;}to{-ms-transform:scale(0.85);}}@-ms-keyframes FlyAwayScale{from{-ms-transform:none;}to{-ms-transform:scale(0.75);}}@-ms-keyframes Tap{from{-ms-transform:none;}to{-ms-transform:scale(1.05);}}@-ms-keyframes Untap{from{-ms-transform:scale(1.05);}to{-ms-transform:none;}}@-ms-keyframes ShowHeight{from{height:0;}}@-ms-keyframes HideHeight{to{height:0;}}@-ms-keyframes ShowWidth{from{width:0;}}@-ms-keyframes HideWidth{to{width:0;}}.fadeOnHover {-ms-transition: opacity 167ms linear 0s;}:not(.Touch) .fadeOnHoverTarget .fadeOnHover{opacity:0;}:not(.Touch) .fadeOnHoverTarget:hover .fadeOnHover{opacity:1;}.slideOnResize {-ms-transition: top 367ms cubic-bezier(0.1, 0.9, 0.2, 1) 0s, left 367ms cubic-bezier(0.1, 0.9, 0.2, 1) 0s, right 367ms cubic-bezier(0.1, 0.9, 0.2, 1) 0s;}.transitionOnHeightChange{-ms-transition: height 367ms cubic-bezier(0.1, 0.9, 0.2, 1) 0s;}.moveAndResize {-ms-transition: top 367ms cubic-bezier(0.1, 0.9, 0.2, 1) 0s, height 367ms cubic-bezier(0.1, 0.9, 0.2, 1) 0s;}.NoDisplay{display: none !important;}

C’était comme un mariage que le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a voulu sceller fin mars avec la jeunesse congolaise. L’adresse cardinale a été saluée, appréciée par beaucoup mais cette tranche sociale qui broie du noir depuis que le Congo est Congo, attendait plus que ce qui a été dit au stade Tata Raphaël à la neuvième Journée diocésaine des jeunes.

Les vrais enjeux n’ont pas été évoqués surtout la gangrène qui a rongé ce pays jusqu’aux évènements du génocide. Point n’est besoin de rappeler que ce drame a failli désintégrer le Congo qui était déjà dans une délinquance totale des mœurs et des infrastructures. Nous ne pouvons résoudre le problème de ce pays à partir des conséquences en voulant faire semblant comme si le mal venait de commencer avec l’actuel gouvernement. Les non-dits du cardinal restent donc en suspens. La jeunesse congolaise a besoin d’être éduquée et bien informée des enjeux réels et les défis eu égard à la culture d’inconscience développée et maintenue par les acteurs politiques qui, de surcroit, ont été dès le début aussi acteurs et responsables de la dégringolade du pays. C’est dans toute humilité que nous nous permettons, depuis des terres lointaines du Canada, de nous adresser à cette jeunesse abandonnée devenue la surenchère des politiciens comme décrié jadis par Mobutu.

Responsable mais pas coupable
Disons-nous la vérité : Ce Congo que nous essayons de reconstruire n’est pas celui que nous avons hérité de Pères de l’indépendance en 1960. Nous l’avons détruit avant que la plupart d’entre vous, jeunesse, ne soient nés.
C’est donc avec toute humilité mais surtout avec tristesse, chagrin et consternation que je vous écris aujourd’hui. De prime à bord, je vous rappelle encore que le Congo d’aujourd’hui n’est pas celui que nous avons reçu des pères de l’indépendance. Il était prospère et envié de part le monde. Nous l’avons détruit au fil de temps, nous l’avons presque défiguré et c’est un Congo en ruine que vous, jeunesse, avez hérité. Le Congo d’aujourd’hui que vous essayez de relever, c’est donc un Congo totalement appauvri.
Le fardeau est lourd et même trop lourd à porter. Mon cœur saigne, il est brisé et mon n’âme s’en trouve emportée, mes larmes ne cessent plus de couler. Comment vous le dire? Comment trouver la force de le faire ? C’est beaucoup trop dur à le dire surtout dur d’avouer à vous jeunesse de ce beau pays. Il n’est pas moindre ce fardeau mais j’accepte de le porter, j’accepte de prendre sur moi la responsabilité de le faire, je voudrais avant tout me libérer de ce sentiment de culpabilité que je traine dans moi depuis très longtemps. Je le fais car je suis de cette génération et de celle qui m’a précédée. Quand bien même je n’étais ni acteur politique ni gestionnaire public, j’appartiens tout de même à ces deux générations. Je suis de cette génération-là qui a conduit le pays à la faillite, j’appartiens à cette génération qui n’a pas su léguer à ses progénitures un pays digne de ce nom. Une génération incrédule qui n’a ni conscience ni amour de la Patrie encore moins de sa jeunesse. Une génération des cupides et d’orgueilleux. Oui je suis de cette génération là. Je reconnais notre échec et je vous demande pardon pour tout le mal que nous vous avons causé, et surtout la misère gratuite dans laquelle nous continuons à vous trainer avec des surenchères sans lendemain.
L’égoïsme, l’égocentrisme, la méchanceté, bref, tous les maux que vous pouvez imaginer ont guidé notre conduite et amené le pays que vous essayez de reconstruire depuis 2001 dans le gouffre. Cette culture incroyable reste encore notre culte, notre cheval de bataille contre toi jeunesse qui cherche à remettre le pays dans les rails. Mensonge, cruauté, récrimination, trahison, corruption, antivaleurs, escroqueries, clientélisme, irresponsabilité, voila l’ensemble des valeurs que nous avons développées aux cours des décennies et voila les valeurs avec lesquelles nous continuons à nous engager dans ce dynamisme d’un Congo nouveau qui tente de se relever et donc notre génération reste en rupture totale avec vos aspirations.

Mascarade téléguidée.

Nous sommes toujours dans la même logique d’égocentrisme et surtout de diabolisation des uns des autres au mépris des efforts déployés par vous jeunesse pour l’émergence d’un Congo nouveau, nous sommes le frein et la source des misères de notre jeunesse. Nous sommes cette génération qui a détruit les mœurs et les valeurs humaines. Et nous voilà encore sur la sellette avec prétention de vous apporter le bonheur et la bonne gouvernance sous la gouverne d’une démocratie que nous n’avons jamais osé instaurer depuis des décennies. Nous avons été des prédateurs de ce pays et nous continuons à l’être au détriment de la jeunesse que vous êtes. Même si les autres n’ont pas le courage de le dire, moi je vous le dis, nous avons failli, nous avons trahi notre pays, nous en avons hypothéqué l’avenir ainsi que de la jeunesse. Nous sommes responsables et nous devons arrêter de concocter des sirènes de catastrophe face à la démarche actuelle du pays, une mascarade téléguidée par des forces obscures qui n’ont aucun souhait de voir notre pays progressé. Il y a à la fois égoïsme, jalousie et surtout rancune. Ne soyons pas si naïfs, la communauté internationale est présente dans ce pays bien avant son indépendance et les crimes contre nous, peuple congolais, n’ont jamais cessé d’exister. Qu’on ne vous fasse pas croire que c’est aujourd’hui que cette communauté internationale est là pour notre bien. Elle a contraint la République démocratique du Congo, à l’époque Zaïre, d’accepter sur son sol les soient disant hutu génocidaires. C’est notre pays qui est maintenant tenu responsable de l’insécurité du Rwanda à cause de la présence de ces génocidaires. Toutes les pressions sont faites sur le président Kabila comme étant responsable de la venue de ces hutu sur le territoire congolais. Allons donc comprendre cette logique. C’est cette même communauté internationale qui était avec Kasa Vubu et Lumumba, Mobutu, Kabila père et aujourd’hui avec Kabila fils, les méthodes n’ont pas changé. Le scenario de la déstabilisation de notre République est le même, devons-nous, nous attendre encore à l’élimination du Président Kabila? Le scenario semble probable, surtout avec cet appel sans cesse à l’opposition par les membres des missions diplomatiques, et les tapis rouges leurs offerts dans les capitales des joueurs majeurs de la légendaire communauté internationale dont les assassinats des chefs d’États africains ne sont guerre étrangers à leurs mains obscures. Les rapports fallacieux des ONG dit des droits de l’homme en disent plus. A dire qu’il y a une mission forte de la Monusco dont le mandat est la protection des civils, que fait-elle si le gouvernement est constamment tenu responsable de tous les sévices que subissent les populations civiles? Au Congo, la communauté internationale a tué Patrice Lumumba du Congo, au Burkina Faso, Thomas Sankara, en Libye, le colonel Mouammar Kadhafi, en Irak, Saddam Hussein. Elle a parrainé si pas forcé la partition du Soudan, et les résultats sont là. Un Congo toujours sous menaces des groupes armés, un Iraq à la dérive, un Burkina Faso en faillite, une Lybie qui n’existe presque plus, des foyers des terroristes qui poussent un peu partout, et la fameuse communauté croit toujours que c’est à coup des bombes et des démocraties forcées qu’on va trouver des solutions. Quel cocktail?

Faire amende honorable.

En dépit de tout ceci, j’insiste encore que je suis de cette génération qui te conduit en permanence à des dérives. C’est pour cela que j’ai commencé par demander pardon à toi jeunesse, toi qui est la victime de notre échec et de notre inconscience actuelle dans la marche de la reconstruction et du redressement de ce pays que toi jeunesse a entamé depuis 2001. Inconscience ou mauvaise foi? Je ne saurai le dire, mais j’insiste que nous sommes responsables et que toi jeunesse est la victime. Mea culpa au nom de tous mes congénères qui refusent d’admettre l’échec et qui continuent à te pourrir la vie et à compromettre ton futur. Hélas! Comment arrêter cette nouvelle machination de l’interne et de l’externe qui broie davantage avec des projections des spectres des catastrophes qu’eux seuls connaissent ? La crainte s’installe car, peut-on malheureusement constater que cette jeunesse que tu incarnes se laisse embarquer dans ce bourbier disons plutôt dans ce tourbillon de fourberie de ceux là même qui ont conduit ce pays à la dérive. Je ne demande pas à la jeunesse de descendre dans les rues pour protester, je ne demande pas à la jeunesse d’aller saccager, je ne demande pas non plus un sacrifice de sang de la jeunesse, j’exhorte seulement la jeunesse à être lucide.

Trop de sang a déjà coulé.

Mais hélas toujours celui de la jeunesse. Oui je suis et nous sommes de ces générations qui ont hérité des pères de l’indépendance, un Congo prospère et l’avons légué en ruine à la jeunesse. Je demande à la jeunesse de faire elle-même un bilan honnête de ce qu’était leur pays avant 2001 et ce qu’il est devenu aujourd’hui? Je demande à la jeunesse de questionner le bilan de chaque acteur politique au-delà des rhétoriques dont nous vous abreuvons au quotidien. Nous sommes tous responsables comme génération mais pas tous coupables. J’exhorte donc ceux de ma génération qui ont encore de l’amour pour notre jeunesse de doubler d’ardeur dans l’accompagnement de la jeunesse pour enfin faire amende honorable devant cette jeunesse à laquelle nous n’avons transmis que misères et anti valeurs.

Croisade contre la jeunesse.

Quelle est la priorité pour toi jeunesse, les élections, le développement, la révision constitutionnelle? Et qui est apte à mieux conduire ce pays aujourd’hui? Voilà les questions auxquelles tu devrais trouver des réponses. Le rôle de la constitution est-elle de bloquer ou de promouvoir le progrès? Est-ce une bonne constitution celle qui handicape le bon sens des citoyens, ses libertés d’expression, elles sont pour qui? Est-ce celles des récriminations que nous vivons dans ce pays?
Comment comprendre ton attitude face à l’intoxication des politiciens excentriques qui te poussent à détruire le peu d’ouvrages en cours, fruit de ton travail. Jeunesse congolaise, cet enfant président; Joseph Kabila est de ta génération, lui aussi victime comme toi. Il t’invite à te donner un beau et bon pays pour toi et tes progénitures. Pourquoi participer à la croisade contre lui? Quels biens que nous, bénéficiaires de premières années de l’indépendance, t’avons légués ? Tu conviens que c’est bien un pays en ruine, un pays de cruauté, un pays de corruption, un pays des mendiants, un pays de désespoir.
Disons-nous la vérité, qu’as-tu trouvée à ta naissance et que possèdes-tu aujourd’hui ? Jeunesse congolaise oublies-tu tes succès dans l’organisation du Sommet de la francophonie que tes vieux dinosaures ont diabolisé? N’es-tu pas fière de tes succès en sports au niveau continental et international? N’aimes-tu pas ton nouveau boulevard du 30 juin ? N’es tu pas fière de ton robot de circulation ? N’aimes-tu-pas ta nouvelle école ? Et ton nouveau pont sur le Lualaba ? Tout ceci n’est-ce pas le fruit de ton travail sous le leadership de celui que nous appelons affectivement l’enfant président ? Pour quoi mettre tout cela en péril ? Protégeons l’enfant président et la force de la jeunesse.
C’est donc dans ce contexte que nous avons résolu de publier en novembre 2014 depuis des terres lointaines du Canada et loin des pressions de tout genre, le CONGO DE NOUVEAU SUR LE RADAR. Cette publication qui scrute le Congo d’hier et d’aujourd’hui, nous souhaitons qu’elle soit mise à la disposition de la jeunesse, au même titre que les autres outils d’éducation à la citoyenneté et au civisme. Convaincu que sa lecture ainsi que sa compréhension fera renaitre en vous le vrais sens du patriotisme, notre plus grande faiblesse.
Ntet Kabwit Mitond
Analyste et écrivain

 

ntet kabwit mitond

Catégorie:

RDC

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*