Posted 9 novembre 2013 by DigitalCongo in Digitalcongo
 
 

Sous l’impulsion du gouverneur Moïse Katumbi, la province du Katanga en pleine Révolution de la modernité du programme des 5 chantiers

Les cinq chantiers initiés par le Chef de l’Etat s’exécutent de manière remarquable au Katanga sous l’impulsion du gouverneur Moïse Katumbi qui assure ainsi l’arrimage de sa province à la Révolution de la modernité, le programme cheval de bataille de l’actuel mandat présidentiel

L’histoire de la RD Congo contée sans la prise en compte du Katanga est faussée d’avance. Et pour cause, cette province est reconnue par tous comme le poumon du pays, à tous égards. Lancé en 2006 en  termes de cinq chantiers avant de se poursuivre sous le label de Révolution de la modernité en 2001, le projet de société de Joseph Kabila a eu pour meilleur champ d’expérimentation le  Katanga. Cela grâce au dévouement et à l’engagement du gouverneur Moïse Katumbi Chapwe dont les capacités managériales, assorties de bonne gouvernance, sautent aux yeux de tout visiteur. Le constat a été fait par notre envoyé spécial dans la province du cuivre.

Dès la descente de l’avion à l’aéroport international de la Luano, l’on sent le vent du changement de milieu et de température. Au propre comme au figuré. La première impression qui frappe est que  ‘’Lubumbashi wantanshi’’ a tout l’air d’un vaste chantier. La ville grouille de monde et d’engins. Il n’est pas exagéré de l’appeler mégalopole à l’instar de grandes villes africaines et d’ailleurs.

Lorsque l’on débouche, après le pont,  sur la bifurcation dont l’un des embranchements mène vers Likasi, Kipushi et Kolwezi, la chaussée rivalise avec le boulevard Lumumba de Kinshasa. De là l’on prend la mesure de l’attention accordée par le gouvernement provincial aux infrastructures routières. Un coup d’œil sur la chaussée prise d’assaut par des engins lourds indique les travaux d’asphaltage sont en cours et que dans peu temps, l’on aura mis fin aux embouteillages sur ce tronçon, l’un des plus fréquentés de la ville.

Sans crier gare, notre chauffeur – qui s’improvise notre guide- nous balance : « le prolongement du mandat de Moïse  a été bénéfique pour le Katanga ; cela  a permis à notre gouverneur  de poursuivre son plan de construction de la province ».  Et d’ajouter : « le spectacle que vous voyez là s’observe partout dans la ville et même en dehors de Lubumbashi ; c’est familier à nous Lushois, en particulier Katangais en général. Dès que les travaux  auront fini, le trafic redeviendra fluide ».
 
Frappé de curiosité, nous demandons à notre « guide » de nous aider à constater ce qu’il venait de nous raconter. Nous avions assez de temps devant nous ( il était 12 hoo’)  avant de descendre dans un hôtel. Alors commence une randonnée à travers les communes de Lubumbashi. Chemin faisant, le chauffeur  anticipe en nous révélant que « Moïse a fait disparaître la poussière en asphaltant les principales routes qui traversent les quartiers et les communes dits abandonnés ».  C’est le cas des communes Kamalondo, Kenya, Katuba et Kampemba.

Ville grouillante, Lubumbashi bat le record du nombre des véhicules sur ses routes. Surtout au centre ville, terminus de la plupart des lignes de transport en commun. « Quelle est l’opinion de la population lushoise sur le mandat du Moïse Katumbi à la tête du Katanga ? », place mon compagnon, empressé de tâter le pouls de la popularité du président du Tout Puissant Mazembe.
 
Sans nous regarder, le chauffeur dit que les réalisations de Moïse sont à nul autre pareilles. Notre silence le pousse à lâcher : « Si vous avez des doutes, vous pouvez  descendre à n’importe quel coin de la rue et vérifier cela auprès des personnes de tous les âges ; Moïse a transformé le Katanga et donné le sourire aux populations désespérées et qui croupissaient dans la misère, ne sachant à quel saint se vouer ».

Se voulant convaincant, notre chauffeur-guide renchérit en laissant entendre qu’il n’y a pas que les routes. La plupart des écoles publiques et privées du Katanga ont été réhabilitées et rééquipées par les soins du gouverneur de province. Il nous recommande de visiter des écoles de renommée sur la ville tel le Lycée Kiwele, réhabilité complètement avant d’être doté d’une piscine olympique. L’université de Lubumbashi, l’ISP Lubumbashi, de même que toutes les autres institutions d’enseignement supérieur au Katanga ont bénéficié de l’appui multiforme de Moïse.

Le même appui a été accordé aux infrastructures hospitalières, à la SNEL et la Regideso. Au point que l’adduction d’eau et la fourniture en eau potable ont cessé d’être l’apanage de quelques communes ou quartiers huppés. Fatigués, mais fort impressionnés par ce que nous découvrons, nous demandons à notre chauffeur de ramener à l’hôtel. Nous convenons avec lui de reprendre la visite le lendemain. Avant de partir, il nous suggère de faire aussi  un saut à Likasi, Kolwezi et Kamina pour prendre la mesure de l’étendue des réalisations du gouverneur Moïse.

Le lendemain matin, nous reprenons le tour de la ville de Lubumbashi ; toujours sous la guidance de notre chauffeur. Il nous fait visiter les nouveaux quartiers de la commune de Lubumbashi qui ont été désenclavés depuis la mise en œuvre du programme des infrastructures routières à l’époque des cinq chantiers de la République, lequel s’est poursuivi à l’ère de la Révolution de la modernité lancée en 2011 à l’issue de la réélection du président Joseph Kabila.

Dans la foulée, notre guide nous fait remarquer qu’il n’a jamais été constaté une rupture dans l’exécution du plan quinquennal du gouvernement provincial du Katanga commencé  sur les chapeaux de roue en 2007. Avec l’appui financier et matériel des entreprises minières, la desserte en eau et électricité a quadruplé. Cela grâce à la construction de nouveaux sites de la SNEl et de la Regideso situés dans la périphérie de la ville. Les uns sur la route de Kasumbalesa (Kimilolo I et II), les autres vers l’aéroport de la Luano.

La tentation étant très forte, mon confrère et moi sommes obligés d’aller faire un tour dans les villes de Likasi et de Kolwezi afin de palper du doigt les réalisations de Moïse. Une heure de route a suffi pour joindre l’ex-Jadotville. Et une heure de plus pour atteindre ‘’Kolwezi ya Lisano’’. Les deux entités méritent bien leur statut de ville. Tout y est.

Ce qui saute aux yeux tout de suite, c’est la concentration des minings (majeurs et juniors) autour desquels pullulent des exploitants artisanaux.  A Kolwezi, Mme le maire, Charlotte Cime Jinga, nous confie qu’elle est sur les traces du gouverneur Moïse Katumbi en matière de bonne gouvernance et de maîtrise de la gestion de la chose publique. Raison pour laquelle il a plu à sa hiérarchie de la reconduire trois fois consécutives.

Les mots ne pouvant suffire pour rendre compte de toutes les réalisations du gouverneur Moïse Katumbi Chapwe et son équipe  en rapport avec, d’abord, les cinq chantiers de la République et, ensuite, la Révolution de la modernité, nous recommandons à nos lecteurs un reportage en images au nombre desquelles ils découvriront le pont géant jeté sur le Lualaba.

Le Potentiel


(DN/Ern./GW/Yes)