0
Posted 24 novembre 2012 by DigitalCongo in Digitalcongo
 
 

La RD Congo dotée d’un réseau d’experts dans la lutte contre les matières radioactives et nucléaires

Il vient d’être mis en place en RD Congo un réseau d’experts dans la lutte contre le trafic illicite des matières chimiques, biologiques, radioactives et nucléaires, structure que vient de lancer le ministre de l’Enseignement supérieur, universitaire et Recherche scientifique

La République démocratique du Congo est désormais dotée d’un réseau d’experts dans la lute contre le trafic illicite des matières chimiques, biologiques, radioactives et nucléaires (CBRN-COE) sous la supervision du Centre d’Excellence (COE).

Ces experts proviennent de différents ministères et services étatiques impliqués dans la gestion des matières précitées. La cérémonie de lancement officiel de cette structure a été présidée mardi à Kinshasa par le ministre de l’Enseignement Supérieur, Universitaires et de la Recherche scientifique, Bonaventure Chelo, en présence de Mmes Alma Pintol et Stefania Micucci, experts des Nations-Unies gestionnaires du projet CBRN, en séjours en RD Congo pour assister au lancement de ce réseau.

Le ministre a mis en exergue les accords internationaux signés par la RD Congo dans la lutte contre le trafic illicite de toutes ces matières sensibles. Pour sa part, le coordonnateur et point focal du Centre d’Excellence RD Congo, Edouard Booto, s’est dit ravi par le lancement officiel par le ministre de tutelle du réseau d’experts nationaux. Il a également décrit les actions menées jusqu’alors par son centre, indiquant que la mission noble du COE est celle d’épargner la RD Congo (habitants, faune, fore) des risques des menaces sans cesse grandissant des matières CBRN.

« Les pays partenaires et les organismes sont prêts de nous aider pour relever le grand défi du siècle », a-t-il souligné, avant de solliciter l’implication du gouvernement pour doter son centre d’infrastructures propres et d’équipements appropriés ainsi que la prise en charge du personnel du centre.

Dans son exposé, Mme Stefania Micucci a indiqué que le Centre d’Excellence est une initiative de l’Union Européenne, conjointement implémentée par les Nations Unies à travers l’UNICRI (l’Institut interrégional de recherche des Nations Unies du Crime et de la Justice), le Centre commun européen de recherche (JRC) en vue de mettre en place une stratégie coordonnée pour minimiser les risques de prolifération et de propagation des matières NBRC au niveau national, régional et international.

(Il est sponsorisé par l’Union Européenne à travers (l’Instrument de stabilité européen n°171712006 avec un budget de 95 millions d’euros. A travers la création d’un réseau d’experts NBRC, des organismes et des pays partenaires, le Centre d’Excellence traite des problèmes locaux et régionaux des NBRC.

Elle a en outre indiqué que le COE poursuit les objectifs ci-après réduire ou minimiser les effets néfastes dus à la prolifération et à la propagation des matières précités dans tous les domaines de la vie et créer un réseau d’experts capables de maîtriser les problèmes relatifs aux matières chimiques, biologiques, radioactives et nucléaires par le financement des projets traités sur les besoins spécifiques de chaque pays. Son rôle, a-t-elle souligné, est de créer un cadre de coopération internationale et régionale et d’établir un dialogue régional permanant dans la lute contre le trafic illicite des matières précitées.

Pour sa part, Mite Alma Pinto a dans son exposé décrit les objectifs et les structures du COE au niveau international, régional et national ainsi que de leurs rôles respectifs. Elle s’est également appesantie sur le rôle du réseau des experts ainsi que sur la coopération au niveau international, régional et national.

ACP


(DN/Milor/Yes)